Et si tu prenais le temps de bien prier le « Notre Père » !

Le « Notre Père » tu le connais par coeur, mais c’est la prière que Jésus nous a apprise ; prière oui mais prière à méditer, à dire avec son coeur même si nous la connaissons par coeur.

Avant de nous donner sa prière, Jésus donne quelques conseils. Je t’invite à les faire tiens et prends du temps pour bien prier la prière du Seigneur, pour dire avec Lui :

« Notre Père …… »

Jésus nous dit : « Pour toi quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme sur toi la porte et prie ton Père qui est là, dans le secret »

Entre dans ta chambre, c’est-à-dire en toi-même. Ta chambre est ta conscience. Ne fais pas comme Judas qui sort dans la nuit ou le fils aîné qui refuse d’entrer chez son Père. Ne sors pas de toi-même, reviens au Père. Le Seigneur t’invite à l’intériorité, à l’unité intérieure, au coeur à coeur avec Lui !

Ferme la porte ! Ferme la porte à tout ce qui t’empêche d’entrer en relation vraie et personnelle avec le Seigneur : tes sens, ton imagination ! Ne te laisse distraire pas rien !

Fixe ton regard sur le Seigneur et ton attention sur ce que tu fais, ce que tu dis ! Fais silence !

Puis tu pourras lentement prononcer ses paroles qui sont celles de Jésus lui-même !

Pendant le temps du Carême, prends vraiment le temps chaque jour, plusieurs fois par jour de prier cette belle prière, mais pour cela n’oublie pas : entre et ferme !

Il est là, il t’attend !

Père Michel BRONDINO

« Si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut » Col 3,1

« Si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut » Col 3,1

Le temps du Carême est là ; son terme : la Semaine Sainte, Pâques ; Christ est ressuscité ! Beaucoup de chrétiens se disent « croyants » mais pas « pratiquants » ; ils croient souvent en quelque chose au dessus d’eux ; beaucoup de religiosité, mais de là à croire véritablement que le Christ est redevenu, au troisième jour, vivant pour l’éternité, il y a un pas que la plupart n’ont pas franchi. Le chrétien n’est pas simplement un homme religieux. Au départ, il est confronté à l’évènement de la Résurrection, il y croit vraiment. Que chacun se pose la question : « Est-ce que je crois vraiment qu’au troisième jour après sa mort, le Christ est ressuscité ? ». Prenons le temps d’étudier la question, en cas en relisant tous les récits des apparitions dans les Evangiles ; approfondissons la question ; ne nous contentons pas d’une vague croyance !

Cela est fondamental, parce que dans un cas, il n’y a que la mort qui nous attend, et dans l’autre, c’est la vie. C’est vraiment une question de vie ou de mort. Mais cet évènement ne doit pas rester extérieur. Car finalement les démons savent bien que le Christ est ressuscité….ils ne sont pas plus avancés pour cela. Sommes-nous unis par la foi, par la confiance, par un don de nous-mêmes, par le baptême au mystère du Christ ressuscité ?

Y a-t-il un changement fondamental dans le centre de notre vie.

Y a-t-il en nous quelque chose qui est mort et quelque chose de nouveau qui commence à vivre ?

Y a-t-il quelque chose qui a changé en nous ou qui doit changer parce que nous croyons que le Christ est ressuscité ?

Nous voici au coeur même de la raison d’être du temps du

Carême : 40 jours pour vérifier si nous sommes morts à notre moi, à notre égoïsme, à toutes les passions du vieil homme qui nous enferme dans sa cage et pour vérifier si ce qui est au centre de notre coeur, le moteur de notre existence est bien le Christ ressuscité ?

Ma vie est-elle, comme disait Saint Paul « cachée avec le Christ » ?

Père Michel BRONDINO